Réussir votre pot pourri

Le pot-pourri est un mélange délicieusement parfumé de pétales, de petites fleurs, de parties d’inflorescences, de feuilles, de petits fruits, d’épices, etc., disposés en couches d’épaisseur variable, selon le contenant et l’occasion pour laquelle il est préparé.

Les deux méthodes de préparation

Dans le premier cas, les pétales des fleurs sont partiellement déshydratés, puis on les dispose dans un récipient en verre, en alternant des couches de pétales et de sel. On les laisse macérer pendant deux semaines environ, en les mélangeant tous les jours, jusqu’à ce que leur volume ait beaucoup diminué, puis on ajoute un fixateur de parfums. Ce dernier retient l’arôme parfois très éphémère des fleurs : parfois, il apporte sa propre senteur.

Le fixateur le plus couramment utilisé est la poudre de racine d’iris, mais la gomme de benjoin est également très employée. Pour exalter le parfum du mélange, on ajoute des épices telles que cannelle, noix muscade, anis étoilé ou clous de girofle, ainsi que des huiles essentielles, qui intensifient encore les arômes. Fermer le récipient hermétiquement et laisser reposer pendant au moins six à sept semaines.

La méthode du pot-pourri à sec exige que le matériel végétal soit parfaitement sec avant utilisation ; on veillera donc à l’étendre au préalable sur un grillage fin, dans une pièce fraîche, sèche, bien aérée et à l’abri de la lumière. Le temps de séchage peut varier de dix à quinze jours, selon les espèces et la densité des fleurs.

Si l’on ajoute des huiles essentielles au pot-pourri, ce dernier devra être conservé dans une boîte hermétiquement fermée pendant six semaines. Les pétales de rose sont particulièrement recommandés pour préparer un pot-pourri, mais d’autres espèces telles que Calendula officina/is, Acacia dealbata, Laurus nobilis, Thymus vulgaris. Pinus sylvestris, Viola spp., Eucalyptus gunnii, Santolina chamaecyparissus, Matthiola bicornis, Mentha rotundifolia, Chrysanthemum vulgare, Lathyrus odoratus, Gardenia jasminoides, Dianthus spp., Convallaria maja/is, Lavandula spp. et Valeriana officinalis sont également très prisées.

Les essences les plus utilisées sont celles de rose, de lavande, de violette, de géranium, de citron, de verveine et de romarin. On peut aussi ajouter au pot-pourri des bois aromatiques, comme le bois de santal ou le bols de cèdre, des racines, des baies, des écorces et des zestes d’agrumes, particulièrement riches en huiles essentielles et très décoratifs, de façon à créer des compositions originales et raffinées.

Ceux qui possèdent une terrasse, un balcon ou un jardin peuvent s’offrir le plaisir de cultiver des plantes et des fleurs pour confectionner des pots-pourris, pour eux-mêmes ou pour offrir ; ils apprendront ainsi à découvrir les fleurs les mieux adaptées et à mélanger les senteurs les plus caractéristiques, au gré de leur inspiration.

Un panier peu profond, que l’on peut diviser en compartiments, constitue le contenant idéal pour un pot-pourri. Fixer une couche de mousse, de papier crépon ou de sphaigne au fond du panier. Si l’on utilise du papier, le plier en corolle en haut et l’aplatir aux angles, de façon que la couche de pot-pourri qui se trouve au fond soit bien régulière. Cela évitera que les pétales ne se glissent dans les coins et les interstices du panier. Bols ou boîtes en bois, plateaux en métal argenté ou en porcelaine, coupes en verre, en céramique ou en argent constituent également d’excellents contenants.

Éviter d’exposer le pot-pourri à la lumière directe. Pour raviver son parfum, ajouter quelques gouttes d’huile essentielle de temps en temps. Pour préparer un pot-pourri, choisir des pétales et petites fleurs de couleurs vives, car celles-ci s’atténuent légèrement avec le temps.

Pour en raviver l’arôme, il suffit d’ajouter de temps en temps quelques gouttes de votre essence favorite.