Rachat de crédit immobilier : inclure les travaux

Si le rachat de prêt immobilier propose de renégocier le taux ou éventuellement de réduire ses mensualités, de nombreux propriétaires tentent de profiter de l’occasion pour inclure un montant dédié à des travaux, voici un point complet sur le sujet.

Renégocier son crédit et financer des travaux : compatible ?

Si de nombreux propriétaires ont négocié leur taux de crédit immobilier lors de la souscription, d’autres ont profité de la tendance pour renégocier le taux auprès de leur banque, mais de nombreux emprunteurs n’avaient pas prévu d’enveloppe pour les travaux et ont estimé logique de demander l’inclusion d‘une somme affectée à ces travaux. Simplement, la renégociation de crédit ne permet pas d’inclure un montant car il s’agit tout simplement d’un avenant signé entre le prêteur et l’emprunteur, stipulant une baisse de taux ou autre négociation sur les conditions de remboursement de l’emprunt (durée, frais de remboursement anticipé, garantie, etc…). Pour inclure un budget travaux, il faudra passer par le rachat de crédit immobilier.

Faire racheter son prêt et ajouter le montant des travaux

Les spécialistes du regroupement de prêts proposent aux emprunteurs de faire racheter leur prêt immobilier, pour bénéficier des conditions actuelles de crédit et pour inclure le montant des travaux à effectuer, une somme qui se basera sur le taux immobilier du rachat de prêt. Globalement, l’ancien prêt est racheté, ce qui permet de renégocier les conditions de remboursement et par la même occasion d’ajouter le montant de l’enveloppe dédiée aux travaux. Ce montant sera validé uniquement sur présence des justificatifs et sous condition de respecter le taux d’endettement dont le seuil est fixé à 33%. Autrement dit, une étude approfondie est nécessaire pour confirmer ou non le financement du rachat de crédit immobilier avec travaux.

Faut-il proposer une garantie ?

Dans le cadre du rachat de prêt immobilier, une garantie est remise en place, il peut s’agir d’une hypothèque ou d’une caution. Ainsi, si le bien est déjà garanti par une hypothèque, une main levée est prononcée, c’est-à-dire que la garantie est levée. C’est le nouveau prêteur qui rachète le crédit immobilier et ajoute le montant des travaux qui mettra en place par le biais d’un notaire la nouvelle garantie hypothécaire. Des frais sont donc à prévoir la main levée et pour la mise en place de la nouvelle garantie. Dans le cadre d’une caution, le principe est le même sauf qu’à la place d’une garantie hypothécaire, le prêteur met en place le cautionnement.