Le séchage des fleurs

Pour la majorité des fleurs, le séchage à l’air est la plus courante et la plus facile de toutes les méthodes de séchage utilisées. Commencez le séchage aussitôt après la cueillette.

C’est le grand secret : la pièce doit être suffisamment aérée, ce qui évitera tout risque de pourrissement prématuré. Un séchoir suspendu au plafond de la cuisine est efficace, mais si vous disposez d’un vaste buffet bien aéré, vous vous rendrez compte que l’absence de lumière favorise la conservation des couleurs. Plus il fera sec dans le heu réservé au séchage, plus vite et mieux vos fleurs sécheront. Un peu de chaleur accélérera le processus.

Le choix de la technique

Choisissez votre technique de séchage en fonction du poids et de la texture de vos fleurs : têtes en bas, à plat sur un grillage ou dressées dans un vase. Les plantes grimpantes, comme le houblon ou les clématites, peuvent être séchées entortillées autour d’un bambou.

Vous mettrez les pommes de pin dans une coupe, qui sera joliment décorative par la même occasion. Les fleurs à tête lourde sèchent mieux sur un grillage fixé à plat sur le côté ouvert d’une caisse en carton ou en bois. Le gel de silice est recommandé pour les fleurs aux pétales très fragiles.

On peut ensuite les utiliser comme décoration d’appoint en les collant dans une composition, les tiges étant probablement devenues trop délicates pour être renforcées d’un fil métallique. Les fleurs séchées par ce procédé demeurent particulièrement fragiles et perdent rapidement leurs couleurs à la première humidité.

On peut les placer en haut d’un pot-pourri. Une manière idéale de se servir de fleurs séchées au dessiccatif est d’en faire des fleurs-tableaux, que l’on protégera par une plaque de verre. Certaines fleurs passent bien au four à micro-ondes.

Le meilleur moment pour ramasser des fleurs destinées au séchage se situe au début de leur éclosion. Si elles ont commencé à vieillir ou à se faner, elles seront d’autant moins belles une fois séchées.

Gardez à l’esprit que les fleurs rapetissent en se desséchant, car elles perdent l’humidité dont elles sont largement composées. Le séchage a aussi tendance à les rendre plus cassantes. Il est donc conseillé de ne pas les exposer à des températures trop élevées. Le mieux est d’utiliser les plus fragiles comme de délicates touches de douceur dans vos compositions et les plus vigoureuses, plus faciles à sécher, pour obtenir du volume.

La durée du séchage est fonction de la nature des fleurs, de la température qui règne dans la pièce où elles sèchent et de l’épaisseur de chaque bouquet, mais elle est généralement comprise entre une et deux semaines.

Touchez-les pour savoir comment elles évoluent : si elles sont sèches, avec des tiges rigides, elles sont prêtes à l’emploi, ou peuvent être mises en réserve.

Séchage naturel

Les plantes aux tiges ligneuses peuvent sécher naturellement dans un vase, en position dressée, elles ne risquent pas de se tordre ou de s’affaisser. Un peu d’eau dans le fond du vase accélère l’opération. Il faut placer l’ensemble dans une pièce à température égale, chaude, à l’abri de la lumière du jour, qui ternit les couleurs.

Dressez les fleurs dans un vase contenant 1,5 cm d’eau. Elles sécheront en dix jours environ. Cette technique est particulièrement recommandée pour des fleurs comme les hortensias et la gypsophile.

Séchage des fleurs à tête lourde

L’ail, l’artichaut, le chardon sécheront mieux sur un grillage fixé sur une caisse en carton avec leurs tiges insérées dans les mailles du grillage. Une dizaine de jours suffiront.