Le matériel de peinture et son utilisation

Les brosses

Le pinceau que l’on appelle brosse est composé de trois éléments : le manche, généralement en bois laqué ou verni, la virole, qui est le lien entre le manche et les poils, et les poils dont la qualité influe considérablement sur le prix de la brosse. Les meilleurs sont en soie de couleur blanche ou noire, mais ils se fabriquent aussi à base de matériaux synthétiques.

La forme des brosses, leur taille sont fonction de l’usage auquel on les destine. Leur taille, indiquée en millimètres, correspond au diamètre des poils ou à leur largeur, mais il arrive aussi qu’elle soit simplement numérotée. Vérifiez alors la correspondance en fonction de chaque fabricant, car elle peut être différente.

Les rouleaux

A chaque type de peinture ou de finition correspond un rouleau qui se compose d’un manche prolongé d’une monture métallique sur laquelle s’enfile un manchon tournant, lequel est fait d’un tube en plastique dont les embouts se démontent pour se nettoyer.

Un matériel adapté

Si vous devez peindre des murs extérieurs, prévoyez des rouleaux et une ou deux brosses pour fignoler les endroits inaccessibles. Pour peindre en intérieur, il vous faut plus de brosses et de pinceaux. Le pistolet ne s’utilise que dans des cas bien particuliers où le travail à la brosse serait très long ou impossible, telle la peinture d’un grillage de clôture ou d’une aile de voiture.

A chaque travail son pinceau ou son rouleau. Vous devez donc choisir en fonction de ce que vous avez à réaliser.

Les pinceaux

Pinceaux ronds : extrémité légèrement arrondie de 20 à 30 mm de diamètre. Ils servent à peindre les angles, les moulures et les menuiseries.

Pinceaux à réchampir : extrémité ovale, de 10 à 15 mm de diamètre. Ils servent à peindre les détails, à contourner les obstacles comme les ferrures de porte, plaques de propreté, interrupteurs, etc.

Pinceaux à filet : extrémité ronde ou plate dont le diamètre ou la largeur varie de 2 à 12 mm. Ces pinceaux servent à tracer des filets ou à peindre des détails.

Pinceaux coudés : pinceaux plats dont la virole est spécialement conçue pour pouvoir peindre dans les endroits difficilement accessibles, tels que les radiateurs ou les arrières de tuyauterie.

Pinceaux plats : appelés aussi « queues-de-morue», leur largeur permet d’étaler en une fois une grande bande de peinture, ce qui est beaucoup plus rapide. Ils sont employés pour l’application de toutes les peintures, mais obligatoires pour les laques ou les vernis glycérophtaliques ou cellulosiques.

Brosses à lessiver : elles servent à nettoyer les surfaces et les recoins en frottant d’une façon énergique.

Imprégner un pinceau

Avant utilisation, un pinceau neuf doit tremper dans l’eau environ 2 heures si l’on ne veut pas qu’il perde ses poils. Passé ce délai, essorez-le et séchez-le.

Les poils d’un pinceau ne se plongent pas entièrement dans la peinture, vous ne devez en immerger qu’environ la moitié et essorer contre le rebord du pot la partie des poils située entre la virole et la partie imprégnée de peinture, de façon à repousser le liquide vers l’extrémité.

Si vous devez vous absenter quelque temps en cours de travail, inutile de nettoyer votre matériel, fermez votre pot de peinture et immergez votre pinceau jusqu’à la virole dans un récipient rempli d’eau. Quand vous revenez, égouttez-le (comme on secoue un panier à salade) pour éliminer l’eau contenue dans les poils, puis essorez-le dans un chiffon propre et reprenez votre travail.

Les rouleaux

Cet appareil permet d’appliquer la peinture d’une façon rapide avec régularité, car il étale une fine pellicule de peinture sans une épaisseur, ce qui n’est pas souvent le cas au pinceau.

Il vous permettra aussi de faire des économies de peinture sur des grandes surfaces.

Les rouleaux sont en Nylon, mousse de polyuréthane, mouton, agneau, et existent en différents modèles adaptés à la peinture et au travail à effectuer.

Rouleau mousse : pour peinture à l’huile, à émulsion vinylique et acrylique. A éviter pour la laque, à la surface de laquelle il laisse des petites bulles qui, en éclatant, forment un petit cratère.

Rouleau peau de mouton : à utiliser avec des peintures vyniliques ou acryliques auxquelles il donne un aspect granité plus ou moins exagéré
en fonction de la taille de la fourrure.

Rouleau à poils Nylon : pour toutes peintures auxquelles il donne un très léger grain.

Rouleau laqueur : pour appliquer une fine pellicule de laque mate ou brillante grâce à ses poils raides et très courts qui ne laissent aucune trace. Il existe quelques rouleaux de type particulier dont seuls quelques modèles sont réellement efficaces : le petit rouleau étroit servant à peindre de petites surfaces, et le rouleau d’angle à section conique.