Choisir son luminaire d’intérieur : les critères à prendre en compte

Lumière d’appoint, suspension, lustre, lampadaire halogène, lampe à poser, veilleuse ou applique, un luminaire se choisit en fonction des pièces à éclairer, de la décoration d’intérieur d’une habitation, de l’ambiance et du type d’éclairage recherchés.

Quelle pièce souhaitez-vous éclairer ?

Dans la cuisine, le confort visuel est essentiel

Lorsque ses dimensions et son agencement le permettent, la cuisine devient une vraie pièce à vivre. Conviviale, souvent ouverte sur une salle à manger ou un salon, avec îlot central ou non, c’est une pièce où l’on passe de plus en plus de temps : on y mange, on y prépare les repas, on s’entraide, on échange avec les invités et les autres membres de la famille… L’éclairage de la cuisine doit être avant tout fonctionnel.

 

Votre cuisine est fermée : choisissez une jolie suspension de bonne taille que vous installerez au-dessus d’une table. Votre cuisine s’ouvre sur la pièce à vivre, posez plusieurs suspensions de taille moyenne ou bien des spots alignés régulièrement pour éclairer un point central ou un plan de travail. Il faut surtout mettre franchement en lumière les espaces clefs de votre cuisine : évier, coin repas, table de cuisson, rangements, plan de travail…

Mise en lumière d’un salon

Dans un salon, le confort est primordial. Vous cherchez à créer une atmosphère chaleureuse ; la couleur diffusée par votre éclairage est importante. Choisissez des lampadaires à large diffusion munies d’ampoules de 1000 lumen (70 W) maximum. Au-delà, la lumière serait froide. Une suspension de forme « cloche » diffusera une lumière plus douce qu’un lampadaire halogène.

 

Vous pouvez installer une liseuse près d’un canapé par exemple, votre ampoule sera de 400 lumen (35 W) maximum.
Disposez plusieurs petites lampes sur les meubles de hauteur différente : bahut, étagère, tablette… Vous créerez ainsi des zones lumineuses douces sans pour autant éclairer tout le salon uniformément. Évitez la multitude de spots au plafond qui diffuserait une lumière trop blanche.

Un éclairage cosy pour la chambre à coucher

Dans la chambre, on privilégie des éclairages doux près du lit. Une lampe de chevet doit éclairer juste à hauteur des yeux.
Il faut cependant mettre en place des lumières plus fonctionnelles pour les placards où sont rangés les vêtements.
La chaleur de la couleur des sources de lumière se mesure en kelvins. Dans une chambre, optez plutôt pour une lumière de 3500 kelvins maximum. Vous obtiendrez un éclairage blanc/jaune doux pour une ambiance cosy.
Si nécessaire, mettez en place un éclairage plus précis, plus fort, dirigé vers un placard ou un dressing.

Réussir l’éclairage d’une entrée

C’est la première pièce que l’on voit en entrant chez vous et pourtant elle est souvent négligée. Pour être accueillante, votre entrée doit être agréablement aménagée et bien mise en lumière. L’idéal pour cet espace souvent sans fenêtre, où l’on s’habille avant de sortir, est de diffuser une bonne lumière chaleureuse et claire tombant du plafond, si possible munie d’un variateur permettant de moduler l’éclairage.

Le plus beau des lustres, la plus jolie des appliques ne mettra pas en valeur votre pièce si elle n’est pas équipée d’une ampoule en correspondance avec l’ambiance et le flux lumineux souhaités. N’oubliez pas non plus de rechercher à économiser l’énergie en choisissant des ampoules LED. Optez systématiquement pour des luminaires répondant aux différentes normes de sécurité (NF, CE).

Avant d’installer vous-même votre luminaire intérieur, n’oubliez pas de couper l’alimentation générale de votre logement. La hauteur de vos éclairages est primordiale, leur orientation, leur puissance également ; une ampoule trop forte devient vite agressive pour les yeux.